.
Sommaire général
Ecrivez-moi !

Pertes de Figures
au
Trampoline

Par Claude BERTHELOT
Chercheur et enseignant à l'UFR STAPS Université Paris V
Directeur du pôle espoir trampoline de Bois Colombes (France)

 

1. Le phénomène existe mais est mal décrit.

 

    Depuis que ce problème existe, il a été maintes fois discuté et abordé. Toutefois, à aucun moment, il n'a été rigoureusement observé. Nous ne possédons donc aucune base de données sérieuses relatives à la description du problème. Or s'il est une chose assez claire aux yeux des praticiens, c'est que ce phénomène revêt des formes extrêmement variables. On peut donc supposer que sa compréhension recouvre des champs variables selon les cas de figures. Il semble  intéressant de repérer le plus de paramètres possibles sur les cas déjà connus. A ce titre, une enquête large doit être menée auprès des victimes de pertes de figures et de leurs entraîneurs. On peut espérer de ce travail que certains axes prioritaires d'investigation puissent  se dégager.

 

 

2. Il existe une réelle difficulté à observer le phénomène in situ

 

a ) L'occurrence du phénomène  est aléatoire et rend très improbable la présence d'observateurs avisés à l'instant du déclenchement du problème.

 

b) Les témoignages des protagonistes (athlètes, entraîneurs, partenaires, famille) sont clairement soumis à l'affectif tant ces périodes sont éprouvantes pour tous. Ainsi, pour indispensables qu'ils soient, ces témoignages doivent être regardés avec circonspection.

           

c) L'angoisse suscitée par ces problèmes n'incitent pas les praticiens à solliciter des témoins lors des périodes de crise. On peut également imaginer une gène liée à la mise en avant de problèmes d'entraînement. Ces pertes de figures sont très redoutées par tous.

           

d) Les périodes de crise sont en général assez longues (semaines ou mois) et rendent problématique l'observation au long cours.

 

3. Caractéristiques générales du phénomène

 

            En dehors d'étude plus avancée et rigoureuse (cf paragraphe 1), les pertes de figures se présentent globalement de la façon suivante :

 

a) A un instant donné le trampoline se « trompe » dans la réalisation d'un élément technique. Il produit ainsi une figure non prévue au départ. On ne repère pas de signes avant coureurs suffisamment lisibles pour qu'ils aient été identifiés. Ainsi personne aujourd'hui ne peut prédire une erreur de ce type (le problème est bien là !).

 

b) L'apparition de l'inquiétude, voire de l'angoisse, est quasi immédiate et va se poursuivre et croître au fil des nouvelles erreurs.

 

c) On ne déplore pas d'accidents plus particulièrement nombreux dans ces périodes malgré leur extrême inconfort . Ceci ne manque pas d'être surprenant.

 

d) Une déstructuration progressive d'autres éléments techniques apparaît au fil du temps. A terme toute la pratique du trampoliniste peut être touchée. Chaque nouvelle confusion ajoute à l'inquiétude et nourrit les erreurs suivantes.

 

e) Les formes de déstructuration sont très variables et surprenantes. Souvent la « perte » se traduit par un ajout de rotation ! On observe aussi des pertes très sélectives ( un élément isolé ou une famille d'éléments proches) laissant intact  tout un ensemble d'autres éléments . Contrairement à un apparent bon sens, le trampoliniste peut parfois réaliser des libres complets à très haut-niveau tout (14 pts de difficulté) en restant en échec sur des figures de base (ex : barani).

 

f) La restructuration des éléments concernés s'obtient assez souvent. On ne peut toutefois isoler d'axe d'intervention particulièrement radical dans le traitement de ce problème . Le coup par coup reste la démarche prédominante. Les hypothèses empiriques et intuitives fleurissent et divergent sensiblement.

 

g) Des périodes de « rechutes » sont souvent à craindre. Elles concernent le plus souvent les mêmes figures que les crises précédentes.

 

h) Personne n'est à l'abri des pertes de figures. L'expérience laisse à penser que chacun, quelque soit son niveau, son âge, la période de sa carrière, le contexte etc , puisse un jour devoir faire face au problème.

 

 

4. Les causes sont très probablement plurielles

                       

Au regard de ce qui a été avancé plus haut, l'idée d'une cause unique et invariable s'évanouit d'elle même. Il semble qu'il faille imaginer un faisceau de circonstances concomitantes, et variables selon les individus, pour expliquer un phénomène aussi déroutant. Cette idée n'est que le fruit de l'expérience qui montre que personne, jusqu'à lors, n'a eu d'intuition géniale ne permettant, ni d'anticiper sur l'apparition du problème, ni de le résoudre une fois survenu. Le nombre important de personnes ayant été déjà confrontées au problème donne un relatif sérieux à cette remarque.

 

 

5. Réflexions et axes hypothétiques

 

a) Les pertes de figures sont-elles spécifiques à l'acrobatie ou ne sont-elles que l'expression d'un problème connu ailleurs, et qui trouve ici une forme particulière ?

 

En effet le problème reste entier de savoir si le trampoline génère de nouveaux types de problèmes de motricité ou si il en modifie l'expression. L'importance de cette remarque se mesure au fait de pouvoir éventuellement ou non s'appuyer sur des travaux préexistants. La nature des hypothèses peut en être sérieusement modifiée.

 

b) Approche informationnelle et cognitive de la discipline

 

L'analyse des exigences informationnelles et cognitives du trampoline peut aider à fonder l'idée d'une forme de saturation perceptive et décisionnelle liée à la grande complexité des rotations exécutées (vitesse angulaire de rotation des segments et de la tête en particulier, défilement des informations visuelles, modifications posturales et toniques).

 On note également que le trampoline est une discipline très exigeante au plan du repérage dans l'espace. En effet les rotations avant et arrière s'effectuent sur des trajectoires le plus verticales possibles réduisant ainsi l'association de rotation et de translation, présente dans les autres disciplines acrobatiques. Ainsi les trampolinistes se trouvent-ils devoir travailler sur des angles d'envol les plus faibles possible et avec une constante intention de verticalité. Dans ces circonstances on peut imaginer qu'il soit délicat, à certains moments, de ne pas confondre les sens de départ en rotation. Apparaissent ainsi les conditions favorables à une confusion. Une réflexion sur l'attention et l'intentionnalité prend ici naissance.

 

c) Approche informationnelle et cognitive de l'apprentissage

 

Le mode spécifique d'apprentissage au trampoline possède une logique propre  (part method). Il s'appuie sur la construction d'un système de repères informationnels que se construit le trampoliniste au cours de son apprentissage. Cette construction se fait à partir de la réalisation successive et progressive « d'éducatifs » dont la maîtrise parfaite assure la qualité de l'apprentissage et la sécurité de l'apprenant. Or ces « éducatifs » sont maintes fois utilisés au cours de la carrière sportive ( ½ tour piqué, barani, tendu arrière etc). Chaque étape d'apprentissage, une fois maîtrisée, reste disponible en tant qu'habileté d'urgence (réchappe).

 L'idée est donc de s'appuyer sur les similitudes informationnelles des éléments techniques. Peut-on être assuré qu'à terme, et dans certaines circonstances, ces similitudes ne fondent pas le creuset des confusions ? Toute médaille ayant son revers, la « part method » ,pour extraordinairement utile et pertinente qu'elle soit, ne comporte t'elle pas un risque éventuel ?

 

 

Une forte conviction pragmatique avance l'idée d'une corrélation marquée entre les pertes de figures et des « périodes de difficultés de vie de l'athlète ». Il semble que les pertes apparaissent plutôt  dans des moments où l'athlète est soumis au stress (examen, compétition, etc), à des problèmes affectifs (familiaux ou autres), à la fatigue ou tout phénomène lui rendant difficile la concentration à l'entraînement. L'analyse du contexte de vie du sujet au début de ses pertes de figures pourrait probablement nous éclairer.

      En poussant plus loin la réflexion il faut se demander si ces périodes favorisent simplement l'apparition des pertes de figures ou si elles les génèrent. Sont-elles la révélation du problème ou sa cause profonde ?

 

Cette approche est particulière au trampoline. Cette discipline sportive, organisée autour des sauts périlleux (« salto mortal » en espagnol), repose sur une forte symbolique de la mort et du défi. En même temps, le fantasme du vol et de la liberté est presque systématiquement mis en avant lors d'interview de trampolinistes. La complexité symbolique apparaît clairement. Plus le sujet se « libère » de la pesanteur (acrobatie complexe) plus le risque vital s'accroît et plus sa marge de liberté motrice se réduit. Se perdre pour se retrouver, générer du vol (liberté) en fonction de la réception (risque) , place le trampoliniste dans des paradoxes symboliques dont on peut penser qu'ils offrent des sources de conflit.

 

Par ailleurs, la relation à l'entraîneur est fortement marquée par le fait que les acrobates sont jeunes et les entraîneurs adultes. De la sorte , la classique superposition des rôles parent-entraîneur est accrue au sein d'une relation souvent vitale où le jeune sportif confie sa vie à l'adulte lors de parades. Cette confiance au pareur est accordée de façon prioritaire à l'entraîneur principal. A cela s'ajoute le fait qu'à l'instar de toutes les pratiques physiques, le trampoline permet,  par le biais de la motricité, d'exprimer les troubles intimes du sujet. On mesure ici l'intérêt de l'étude approfondie de cet aspect des choses.

 

5. Etat des recherches en France

 Aujourd'hui, certaines recherches se mettent en place. Une étude épidémiologique est en cours sous l'impulsion de J-François ROBIN (Paris XII Créteil). Elle vise à repérer et décrire rigoureusement le phénomène. A Montpellier, , Denis Hauw conduit depuis 1999 dans une perspective de cognition située une recherche avec les athlètes de l'équipe de France. Ce travail a permis l'identification des cognitions mobilisées en actes par les trampolinistes dans différents contextes de réalisation (entraînement, compétition). Cette approche privilégie l'analyse des situations telles que les perçoivent les sujets. Paul Delamarche et Franck Multon ( laboratoire Rennes II) ont entrepris depuis deux ans une approche cinématique très fine des exercices de haut-niveau. Les données concernant les postures et les accélérations autoriseront une meilleure compréhension des exigences perceptives du trampoline.

 

A terme le rapprochement et le croisement de ces données, ainsi que d'autres à venir, ouvriront des pistes explicatives et hypothétiques pour la suite de notre réflexion.

 

6. Conclusion

 

                Ces réflexions visent à témoigner d'un regard pragmatique et empirique sur l'épineux problème des pertes de figures. En premier lieu elles veulent fonder la nécessité d'une étude épidémiologique ainsi que l'analyse rigoureuse de l'activité et de ses pratiquants. Elles veulent aider les chercheurs, théoriciens et praticiens à mieux poser les questions. Peut-être sera -t'il nécessaire de nommer le problème de façon plus pertinente, s'agit-il vraiment de pertes ?  

 

Sommaire général
 
Haut de la page
 
Ecrivez-moi !

Copyright © Gymnet 1998-2003