.
Sommaire général
 
Ecrivez-moi !

 

Attitude, Comportement et Langage de l'Entraîneur

(extrait de "Gymnastique de 3 à 7 ans", Roland CARRASCO, éd. revue EPS)

.

Introduction Suggestion inductive
La parole : importance du langage Les paroles d'appréciation
Les mots ont un pouvoir La parole de l'enfant en retour
Les subtilités d'utilisation de mots à usage courant Le rôle incitateur de l'éducateur
Quelques exemples  

 

 

 


 

Introduction

.....L'attitude et le comportement de l'éducateur influent inévitablement sur la qualité du vécu des enfants, les rapports mutuels et le climat général peuvent être améliorés en agissant sur modalités perceptives et sur les différents canaux sensoriels qui dans la communication sont le plus sollicités :

- visage agréable et souriant, regard malicieux et rassurant, attitude accueillante, gestes amicaux, tenue attrayante, colorée (la vision).
- voix gaie, intonation entraînante, chaleureuse, avec de l'assurance, des certitudes dans la formulation de nos souhait (audition).
- contacts amicaux, "ancrages" manuels, gestes doux, rassurants, de soutien ou d'accompagnement (le toucher et le kinesthésique).
- et pourquoi pas sentir bon, l'enfant y est sensible (l'olfaction).

.....Prenons plaisir et montrons-le.

.....Emettons des signaux verbaux et non verbaux reflétant le dynamisme, l'enthousiasme, la gaieté, et appuyons-nous sur la valeur communicative contagieuse de la bonne humeur.
.....La propagation d'un effet positif peut tenir à presque rien : "... des étincelles pour un grand embrasement".

 

 

La parole : importance du langage.....

.....Pour tout éducateur en relation avec des tout-petits, la communication verbale doit être soigneusement étudiée, sachant que, dans le processus éducatif, elle prend une place prépondérante.
.....Dans l'interrelation avec les personnes qui l'entourent, la qualité de l'information que reçoit l'enfant va avoir une influence considérable sur son comportement.
.....Après la vision, l'audition chez le tout-petit est la modalité perceptive la plus usitée. Le son perçu, la tonalité de la voix, la signification accordée aux mots et aux phrases prononcées, tout aura un impact certain sur la transmission des messages.

 

Les mots ont un pouvoir.....

.....Chaque mot, puis chaque phrase ont une coloration affective qui peuvent déclencher une puissante énergie psychique positive. L'inverse est également vrai ; une énergie basse, une chute de motivation, un refus de tout effort peuvent être imputées à l'utilisation désastreuse de paroles pourtant anodines pour l'adulte.

.....Chacun sait l'effet pernicieux d'une parole dévalorisante "les garçons ne sont pas peureux... " pour les petites filles présentes, mais aussi pour le petit garçon ayant une peur bien légitime. Une remarque insidieuse ou un mot malheureux portant par exemple sur un détail corporel "lance-toi, Bouboule !" peut avoir des conséquences insoupçonnées.

.....L'éducateur doit pouvoir maîtriser son langage. L'utilisation des mots les plus courants seront formulés judicieusement suivant l'effet recherché. Un langage simple utilise des mots justes, bien choisis, ayant une charge affective plaisante, amusante, positive. Nous verrons plus loin l'impact sur l'image mentale par l'usage des métaphores.

 

 

Les subtilités d'utilisation.....
de mots à usage courant

.....Quelques exemples concrets illustrent comment un mot peut influer sur la pertinence du message véhiculé.

..........- Le mot "mais" a pour effet d'annuler l'affirmation contenue dans la phrase qui précède "C'est bien ce que tu viens de faire mais tu as fléchi les jambes".
..........- La conjonction "et" serait plutôt à conseiller pour maintenir l'effet positif tout en induisant la notion de progrès "C'est bien et maintenant refais ton exercice en .maintenant les jambes tendues".
..........- Le verbe "essayer" est une programmation de l'action en demi-teinte, contenant un brin de passivité et d'irrésolution, laissant à l'intention de réussir la possibilité d'échouer.
..........- "Essaie de te renverser" devrait plutôt être remplacé par l'injonction positive "vas-y, renverse-toi".
..........- Le mot "tentative" peut judicieusement être employé à la place du mot familier "essaie" d'usage courant. Tenter un geste, c'est employer toutes ses ressources pour le réussir.

.....Même pour des actions les plus simples, lorsque nous utilisons le verbe "essaye", nous induisons la possibilité de non-réussite alors que l'injonction verbale du résultat à obtenir, précédée éventuellement d'un renforcement positif, présuppose le succès. La phrase :

.........."Tu as fléchi les jambes (constat), essaie de les tendre (le peux-tu ?)"

peut avantageusement être remplacée par

.........."C'est plus beau jambes tendues, tends-les !"

 

 

Quelques exemples.....
amusons-nous à reformuler les phrases les plus souvent entendues

Au lieu de.....................è..............disons plutôt...

Ne lâche pas...........................................................è............Tiens bien
Ce n'est pas mauvais........................................è...........C'est bon
Ce n'est pas mal...................................................è...........C'est bien
Ce n'est pas difficile...........................................è...........C'est facile
Essaie encore........................................................è...........Refais-le, recommence
Ne fléchis pas tes jambes...............................è..........Garde tes jambes tendues
Ce n'est pas la peine de courir....................è..........Ralentis, tu peux marcher
N'oublie pas tes affaires...................................è..........Pense à prendre tes affaires
N'oublie pas de revenir......................................è..........Reviens, je t'attends
Tu n'es pas faible...................................................è.........Tu as suffisamment de force
Non, tu n'y arriveras pas comme ça...........è........Oui, tu y es presque, change ta façon de faire


Lorsque l'émotion se manifeste, l'enfant a besoin d'être sécurisé et de retrouver confiance en lui ; la parole sera rassurante tout en sachant que, l'émotion sera toujours présente.

N'hésite pas...............................................................è.........Aie confiance, tu peux le faire
N'aie pas peur..........................................................è.........Courage, je viens prés de toi
Ce n'est pas grave.................................................è........Ça va aller
Il n'y a rien à craindre............................................è........Tout ira bien
Tu ne risque rien......................................................è........Tu es en sécurité
Ne te mets pas en colère................................. .è........Garde ton calme
Ne sois pas triste.....................................................è.......Souris-moi

 

Suggestion inductive.....

La parole peut induire la réussite proche (ou différée) et faire effet d'annonce :
...............- Tu peux le faire !
...............- Tu vas le faire !
...............- Tu l'as fait presque seul.
...............- Je sais que tu peux le faire seul, sans aide.
...............- Je sais que tu peux le réussir.
...............- Tu le réussiras au prochain tour.

 

 

Les paroles d'appréciation.....

Utilisation du "JE", plus que le "TU"

.....L'éducateur qui veut manifester son contentement émet le message "je" d'appréciation (et de responsabilité) pour reconnaître les efforts de l'enfant en évitant l'usage répété des compliments.
.....Ceux-ci peuvent à la longue rendre l'enfant dépendant. Le risque est qu'il ne fasse que pour le compliment (motivation déviée).

 

Ce qu'il fait, pas ce qu'il est

.....De plus, la remarque doit porter sur ses actes et non sur sa personne : "J'aime bien ce que tu fais" et non pas "Tu es très fort, tu es un champion".
.....L'appréciation est portée sur la qualité de son travail, de son exécution, de sa réalisation en s'abstenant de tout jugement de valeur sur sa personne. Cela aboutit plus tard à le rendre responsable de son action et permet d'éviter une recherche permanente de revalorisation sur sa personnalité.

.....Cette dérive narcissique a déjà été constaté chez des enfants de 5-6 ans. Les circonstances de la vie familiale, les attitudes parentales peuvent déjà avoir créé cette béance dans l'estime de soi et l'éducateur, dans le gymnase, doit faire face bien souvent à la course ininterrompue de l'enfant pour combler cette béance.

 

Remarque

- Le fait d'insérer le prénom de l'enfant au début ou à la fin de la phrase contenant la suggestion donne un poids plus important à celle-ci.
- Une fois par séance au moins chaque enfant devrait être appelé par son prénom et être gratifié d'une appréciation positive. "Bonjour" et "Au revoir" est le minimum exigé.
- La douleur qui accompagne un coup, un léger traumatisme, doit être prise en compte. Ce n'est pas "rien". La suggestion va renforcer l'analgésie qui devrait apparaître naturellement : "Ton pied doit te faire vraiment mal (adhésion et acceptation), si je souffle dessus en passant ma main, la douleur va diminuer progressivement (prédiction) et si je le met sous l'eau froide en disant plusieurs fois de suite, MAL va-t'en, il va s'en aller et disparaître (anesthésie et analgésie renforcées par la suggestion)".
.....Cette simple formulation, si puérile soit-elle, a déjà fait bien des miracles et continuera encore longtemps à produire ses effets apaisants.
- Plaisanter, rire, chanter, un ton de voix joyeux et enthousiaste (état du moi "Enfant libre") tout contribue au climat chaleureux de l'activité des tout-petits.

 

La parole de l'enfant en retour.....

.....Une bonne communication, c'est aussi lorsque l'enfant peut s'exprimer librement. Une séance silencieuse, sans bruit, sans cris de joie, sans interpellation, doit paraître suspecte. A tous moments, l'enfant peut se manifester en prenant la parole.

.....L'éducateur doit pouvoir être à l'écoute bienveillante du tout-petit qui l'interpelle, même hors de propos ; "Mamie vient d'arriver", être pris à témoin ou comme confident ne peut que réjouir l'éducateur pour ce témoignage de confiance qui embellit la relation.

 

 

Le rôle incitateur de l'éducateur.....

Le questionnement.
"Qui a compris ?"
"Où peut-on retrouver le même exercice ?"
"Qui peut nous le montrer ?"

.....Ces questions peuvent faire suite à des explications sur des gestes analogues et entraîner de multiples réponses.

....."Avait-il les jambes tendues ?" sollicite la participation de tous à l'appréciation de la qualité de la démonstration.

....."AHAHAHHHHHH... BEURK..." font partie des onomatopées qui peuvent accompagner un travail collectif de recherche esthétique de jambes belles et bien tendues (ahahhh) ou fléchies et vilaines (beurk). Tout comme les cris d'animaux accompagnent l'usage des métaphores animalières.

 

Sommaire général
 
Haut de la page
 
Ecrivez-moi !

Copyright © Gymnet 1998-2003